lundi 3 juin 2013

Le Beaufort

On l'appelle le "Prince des Gruyères". Il est obligatoirement fabriqué à plus de 800 mètres d'altitude. Il se dévoile différemment selon les saison, avec ses arômes d'hiver ou ses saveurs d'été.
Tout un programme !


Un peu d'histoire...
Son origine remonte au temps des romains, il est connu au Moyen-Age sous le nom "vachelin" mais son nom actuel n'apparaît qu'au 19e siècle. Il est officiellement né en 1865. Il a failli disparaître en 1950 mais a survécu grâce à la création de coopératives. Il bénéficie désormais d'une AOC depuis 1968.

Dans le respect de cette appellation, le lait provient exclusivement de vaches de races "Tarine" et "Abondance". La production de lait d'une même vache ne doit pas excéder 5000 litres par an. L'alimentation est surveillée et se compose d'herbe pâturée et/ou de foin.


Le Beaufort "simple" est fabriqué avec le lait des vaches nourries au foin pendant l'hiver.
Le Beaufort d'été est fabriqué avec le lait des vaches montées en alpage, de juin à octobre. Il possède des arômes prononcés et une pâte à la couleur plus affirmée. Il est aussi plus rare.


Astuce plaisir :
Les connaisseurs disent qu'il n'existe pas un Beaufort mais plusieurs. En effet, un "jeune" Beaufort sera fruité et fondant en bouche. Plus il va s'affiner, plus il va perdre de son moelleux au profit d'une saveur plus prononcée.
Chacun pourra donc choisir le Beaufort qui lui convient dans une palette d'affinage de 7 à 12 mois.

Un petit tour en cuisine :
Le Beaufort est indispensable dans la fondue savoyarde. Il s'associe très bien avec les champignons, notamment les girolles.
- La salade montagnarde
- La Féra au Beaufort
- La fondue au miel et au Beaufort
- La fondue savoyarde

Il appartient à la gamme Terre de l'Alpe.

Sources :
Site France Montagne